Sentiers marmailles Grand Ouest

Saint-Leu ▪ Trois-Bassins ▪ Saint-Paul ▪ Le Port ▪ La Possession

  • 29 avril 2016
  • Author: fgali
  • Number of views: 220
  • 0 Comments

L’histoire commence ici…
Véritable porte d’entrée de l’île, la Côte Ouest a vu débarquer les premiers habitants de La Réunion. La vaste
baie de Saint-Paul, considérée comme le meilleur ancrage de l’île, devient naturellement le berceau du peuplement.
En 1663, Payen et ses compagnons, occupants définitifs de l’île, installent leur habitation devant la « grotte des
Premiers Français ». En 1665, Étienne Régnault, premier gouverneur de l’île, débarque à son tour avec 20 colons.
Ils s’établissent sur les contreforts de Savannah, au lieudit « vieux Saint-Paul » (actuel Tour des Roches). Le site
est propice à l’agriculture et l’étang constitue un lieu de chasse et de pêche privilégié.
Très vite, le quartier s’étend aux « Sables » (centre-ville de Saint-Paul), puis à l’ensemble de la Côte Ouest.
Témoins d’un passé riche et mouvementé, les lieux de mémoire y sont plus nombreux qu’ailleurs. Ils racontent
l’histoire de la colonisation mais aussi celle, douloureuse, de l’esclavage, du marronnage et des engagements.
Ainsi, la caverne du Roi Phaonce, à Piton Rouge, et le cirque de Mafate incarnent la résistance des
chefs marrons, tandis que les lazarets de la Grande Chaloupe, lieux de quarantaine, ont profondément marqué

la période de l’engagisme.

Sentiers marmailles Grand Sud

▪ Saint-Louis ▪ Cilaos ▪ Saint-Pierre ▪ Petite-Ile ▪ Etang-Salé ▪ Les Avirons, terres d’agriculture & d’artisanat…

  • 29 avril 2016
  • Author: fgali
  • Number of views: 216
  • 0 Comments

Bien plus urbanisé que son voisin le Sud Sauvage, le territoire du Grand Sud n’en est pas moins dénué de
charme !
Entre mer et montagne, on y trouve la diversité des paysages de l’île : forêt sèche d’Etang-Salé, forêts
humides des Makes ou du Tévelave, paysages magistraux du Cirque de Cilaos, champs de canne à sucre chargés
d’histoire de Saint-Louis, sans oublier les riches terres volcaniques de Petite-Ile.
Cette dernière, surnommée « le grenier à vivres du Sud », accueille des productions agricoles très diversifiées :
agrumes, ail, oignons. Autant de produits du terroir auxquels s’ajoutent les lentilles et les vignes de Cilaos, et
les fraises de Mont Vert.
La richesse du Grand Sud se traduit aussi dans l’artisanat :
le travail du bois fait la réputation de Saint-Louis, tandis que Cilaos est connu pour ses dentelles et ses broderies.
D’autres matières premières alimentent la créativité des artisans locaux : écailles de tortue, bambou…

Sentiers marmailles dans le Sud sauvage

▪ Saint-Philippe ▪ Saint-Joseph ▪ Le Tampon ▪ Entre-Deux, terres de parfums & de saveurs…

  • 29 avril 2016
  • Author: fgali
  • Number of views: 229
  • 0 Comments

Le Sud Sauvage est la destination la plus authentique de l’île. Ici, le temps semble ralenti ; il y règne une douceur de
vivre que l’on ne retrouve pas ailleurs.
Ce territoire offre une grande variété de paysages encore préservés : côte sauvage déchiquetée et battue par la houle,
forêts primaires de bois de couleurs, coulées de basalte nues et inhospitalières.
Cette diversité de décors s’accompagne d’une multitude de parfums et de saveurs qui mettent les sens en éveil.
Les forêts littorales de Saint-Philippe mêlent l’odeur des embruns aux effluves de vanille.
Les terres fertiles de Saint-Joseph ont jadis accueilli les toutes premières plantes à épices que l’on trouve
aujourd’hui aux quatre coins de l’île : muscade, girofle, cannelle… La Plaine des Grègues est le seul hameau de
l’île où l’on cultive encore le « safran pays » : le curcuma.
Quant aux produits du terroir, le Sud Sauvage n’en manque pas : vacoa, palmiste, choca bleu, autant de spécialités
culinaires à goûter et regoûter sans modération !

Sentiers marmailles au Volcan, terre de feu

Route du Volcan et ses environs

  • 29 avril 2016
  • Author: fgali
  • Number of views: 233
  • 0 Comments

Qu’on ne s’y méprenne pas : l’ensemble de notre île est un édifice volcanique, issu d’éruptions plus ou moins anciennes
du Piton des Neiges et du Piton de La Fournaise.
Le territoire identifié ici concerne la partie sommitale du volcan encore actif, La Fournaise, et ses alentours
immédiats. À cheval sur les communes du Tampon, de Sainte-Rose, de Saint-Philippe et de Saint-Joseph, cet espace
est traversé de part et d’autre par la Route du Volcan.
Cette route, qui débute à la Plaine des Cafres et s’achève au Pas de Bellecombe, est une invitation au voyage.
Un voyage géographique d’abord : la succession des milieux vous emmène des pâturages auvergnats jusqu’au décor
lunaire de la Plaine des Sables, en passant par les sombres forêts résineuses des Vosges.
Et un voyage dans le temps, à la rencontre des grands paysages géologiques qui « racontent » la formation du
volcan : points de vue du Nez de Boeuf, du Pas des Sables et du Pas de Bellecombe.
Enfin, cette route vous emmène sur les traces des premiers hommes partis à la conquête du Volcan.

Une fascination et un attrait qui se poursuivent aujourd’hui : le territoire du Volcan, site touristique phare de l’île, n’attire pas moins d’un million de visiteurs par an !

Sentiers marmailles dans le cirque de Salazie et le Grand Est, pays de l’eau, terre de légendes…

▪ Saint-André ▪ Bras-Panon ▪ Saint-Benoît ▪ Sainte-Rose ▪ Salazie ▪ La Plaine des Palmistes

  • 29 avril 2016
  • Author: fgali
  • Number of views: 874
  • 0 Comments

Le territoire de Salazie-Grand Est est caractérisé par l’omniprésence de l’eau, dans la nature comme dans la vie
des hommes, sous ses formes les plus variées.
Actrice principale des grands paysages de l’Est, elle se dévoile en rivières, cascades, bassins et étang, de manière
souvent spectaculaire.
Plus discrète et paisible, elle ruisselle le long des troncs d’arbres, perle aux pointes des feuilles, imbibe les
mousses et le sol, habillant le territoire d’une parure de verdure : la forêt des pluies.
Dévastatrice et redoutée, elle anime l’érosion et ride les flancs de la montagne avec une rare violence.
Ressource essentielle et milieu de vie, elle a attiré et guidé les premiers hommes venus s’installer dans le cirque.
Ces hommes, bien que connaissant le danger qu’elle représente, ont choisi de rester et de l’apprivoiser à travers
des cultures spécifiques (chouchou, songe, cresson).
Source de légendes, elle nourrit encore aujourd’hui l’imaginaire collectif.

RSS
12