Articles
29 avril 2016

Sentiers marmailles dans le Nord, pays des hommes, terre de conquêtes

▪ Saint-Denis ▪ Sainte-Marie ▪ Sainte-Suzanne

Le Grand Nord, surnommé « le Beau Pays », conjugue les facettes de trois communes aux attraits complémentaires : la
richesse historique et architecturale de la cité dionysienne, l’étendue des plaines agricoles de Sainte-Marie, et le charme
sauvage des bocages et des cascades de Sainte-Suzanne.
Sur ce territoire ont été écrites quelques-unes des grandes pages de l’histoire de la conquête de l’île ; ses paysages
citadins et ruraux en portent encore les traces...
Dès 1669, Étienne Régnault délaisse Saint-Paul pour Saint-Denis. Il faut attendre 1735 pour que le gouverneur général
Mahé de La Bourdonnais l’officialise comme capitale
administrative et commerciale de l’île. Point stratégique, elle est dotée de batteries, d’un fort et d’une poudrière pour
assurer sa défense. Malheureusement, cela ne suffit pas lors de l’attaque anglaise de juillet 1810, où la Redoute fut le théâtre de la défaite française.
De tous temps, les forêts du Beau Pays ont eu une fonction importante pour le chef-lieu : réserve de bois et de charbon,
lieu de villégiature, vigie… Aujourd’hui encore, situées aux portes de la plus grande ville d’outre-mer, elles répondent aux
besoins des habitants à la recherche de nature et de calme.

RSS